Répercussions des activités humaines

Compte tenu de l’immensité du bassin versant de la rivière des Outaouais et du nombre de personnes qui y résident, il n’est pas surprenant que la rivière soit menacée par des pressions provenant des différentes activités humaines. Puisque nous dépendons de nos ressources naturelles, ces pressions sont inévitables. Préserver la santé écologique de nos rivières est un objectif louable, encore faut-il bien comprendre et anticiper les répercussions de l’ensemble de nos activités. C’est alors qu’on pourra élaborer des solutions viables, qui permettront aux générations futures de tirer leur eau potable de la rivière et de manger le produit de leur pêche.

À l’heure actuelle, on ne s’entend pas sur la quantité de polluants provenant des eaux usées municipales et industrielles, et encore moins sur l’apport de sources de pollution non ponctuelles comme le ruissellement des eaux pluviales urbaines, le ruissellement à partir des terres agricoles ou la polution reliée à la navigation de plaisance. On comprend encore assez mal comment la rivière réagit à la présence de ses nombreux barrages, à l’urbanisation, à l’exploitation des ressources naturelles (p. ex. pâtes et papiers, mines). On ne dispose que de très peu de données. Puisque la rivière relève de la compétence de deux provinces, ces questions ne sont complètement abordées ni par l’une, ni par l’autre. Pour bien faire, il serait nécessaire d’entreprendre une étude complète de l’ensemble du bassin versant.

Voici certains facteurs ayant un impact négatif sur la santé écologique de la rivière :