Sel de voirie : il faut bousculer nos habitudes de déglaçage

En hiver, le sel de voirie est omniprésent sur les routes du bassin versant, malgré le fait qu’il entraîne de nombreux effets négatifs sur nos cours d’eau. Que peut-on faire pour contrer cette forme particulière de pollution dans la rivière?

Le sel de voirie tient presque du miracle. Il s’agit d’un moyen facile de limiter la formation de la glace en hiver, afin de diminuer le risque d’accidents, de dérapages et de chutes et d’éviter ainsi un nombre incalculable de blessures. Génial! Par contre, on oublie trop souvent que tout ce sel finit quelque part et que les quantités astronomiques qu’on aperçoit parfois dans les rues nuisent à nos écosystèmes d’eau douce.

Quelles sont les conséquences du sel de voirie sur l’eau douce?

Une fois que le chlorure — le Cl dans le NaCl, formule du chlorure de sodium (sel) — atteint la colonne d’eau, après s’être écoulé des routes, il peut être très persistant. Il ne se décompose pas et n’est pas facilement absorbé par les sédiments ou les autres surfaces organiques. Ainsi, on enregistre parfois de fortes concentrations en chlorure dans les cours d’eau, même longtemps après l’introduction initiale.

La toxicité causée par le chlorure de sodium introduit dans un écosystème d’eau douce peut être soit chronique, soit aiguë, selon la concentration. Au-delà du niveau chronique (120 mg/L), l’exposition à long terme au chlorure peut perturber les organismes de l’écosystème; les amphibiens, les poissons et les invertébrés sont les plus touchés. Lorsque la toxicité est aiguë, les concentrations en chlorure sont si élevées (640 mg/L) que même une exposition ponctuelle peut endommager l’écosystème. En se basant sur ces deux seuils, l’année dernière, Garde-rivière des Outaouais a lancé un programme de surveillance communautaire afin de mesurer les concentrations en chlorure dans nos ruisseaux.

Les résultats sont stupéfiants.

Graphique des résultats de l'échantillonnage du chlorure dans les criques Pinecrest, Graham et Moore en janvier-mars 2020

Nous nous attendions à ce que les concentrations en chlorure soient élevées en hiver, période d’utilisation du sel de voirie, mais nous avons été carrément renversé par les hauts taux de contamination observés dans nos cours d’eau. Tous les ruisseaux étudiés ont présenté des concentrations en chlorure qui dépassent les seuils de toxicité chronique et aiguë à plusieurs reprises. En moyenne, les concentrations en chlorure étaient presque 10 fois plus élevées que le seuil chronique! Ces résultats sont très inquiétants et constituent une menace majeure à la santé de nos écosystèmes d’eau douce.

Les résultats significatifs de l’an dernier nous ont poussés non seulement à reprendre le projet de surveillance, mais à le développer davantage! À la saison 2019-2020, nous avions quatre bénévoles dévoués. Ce nombre est passé à 12 (y compris un coordinateur supplémentaire pour le programme) pour cette nouvelle série de prélèvements. De plus, nous avons augmenté le nombre de sites à 17 dans les environs d’Ottawa, de Gatineau et du secteur Chelsea/Wakefield. Nous collaborons également avec de nouveaux partenaires, y compris l’Agence de bassin versant des 7, afin d’étendre le projet du côté du Québec.

Faire preuve de modération

Excessive amount of road salt used on porch steps

Que peut-on faire? La première étape est de réduire son utilisation du sel. Les solutions de rechange pour traiter la neige et la glace ne manquent pas, tout comme les raisons d’éviter d’utiliser le sel.

Par exemple, le sel de voirie perd de son efficacité en dessous de -10 °C, et il n’est pas rare que les températures soient bien inférieures dans notre bassin versant. Lorsqu’il fait aussi froid dehors, mettez le sel de côté et employez plutôt une autre matière comme le gravier, le sable, la cendre et même la litière pour chat. Dégager la neige régulièrement pour éviter que la glace ne s’accumule est aussi une bonne solution!

On peut parfois avoir recours à un peu de sel, mais dans ce cas, il existe une règle simple : une tasse à café de sel suffit à déglacer toute une entrée de cour. Si vous souhaitez avoir d’autres trucs pour vous aider à déterminer la quantité de sel selon les surfaces, nous avons créé un quiz juste pour vous!

Cependant, même si toutes les actions individuelles sont utiles, une portée beaucoup plus grande serait possible si un changement culturel et institutionnel avait lieu pour nous défaire de la dépendance de nos villes au sel de voirie. Pour ce faire, vous pouvez également nous aider en conscientisant votre entourage sur les conséquences néfastes des méthodes de déglaçage actuelles.

Nous demandons aux gens de nous envoyer des photos les montrant utiliser une solution de rechange, ou s’ils jugent que le sel est nécessaire, l’employer de manière responsable. Faites un Héros du sel de vous! Vous pouvez aussi faire savoir à tout le monde lorsque vous remarquez un exemple de surutilisation du sel. Partagez vos photos sur les médias sociaux (en utilisant le mot-clic #MoinsDeSel), ou envoyez-les-nous et nous les partagerons pour vous

Portrait global

Cette année, nous combinons les résultats de nos efforts de surveillance à vos voix et à vos photos pour faire valoir auprès des municipalités, des entreprises et des institutions qu’elles doivent elles aussi faire davantage d’efforts pour résoudre le problème du sel de voirie. 

Nous allons promouvoir le type de formation et d’éducation dont ces grandes institutions ont besoin pour freiner la surutilisation du sel. Par exemple, le programme Smart About Salt enseigne l’utilisation responsable du sel de voirie. Restez à l’affût des moyens de participer à la discussion, comme citoyen ou citoyenne ou au nom de votre organisation, groupe ou entreprise.

À quoi peut-on s’attendre pour la suite? Alors que nous nous efforçons d’obtenir des changements, nous poursuivrons la surveillance commencée en 2019. Au fil du temps, nous espérons observer une baisse sensible des concentrations de chlorure dans nos cours d’eau locaux. Pour le bien de nos écosystèmes d’eau douce, nous ferons de notre mieux pour y parvenir — avec votre aide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. * Champs obligatoires