Mise au point sur le triclosan

Depuis 2014, Garde-rivière des Outaouais et d’autres groupes travaillent fort à faire interdire le triclosan des produits canadiens. En octobre 2020, une nouvelle législation est entrée en vigueur pour limiter l'utilisation du Triclosan. Nous sommes déçus par ce résultat, mais il y a des raisons d'être optimiste.

Depuis 2014, Garde-rivière des Outaouais et d’autres groupes travaillent fort à faire interdire le triclosan des produits canadiens. Le triclosan est utilisé comme agent antimicrobien dans divers produits de consommation : savons antibactériens, nettoyants pour la peau, dentifrices, détergents et nettoyants tout usage. Selon les propres conclusions du gouvernement du Canada, le triclosan est toxique pour le milieu aquatique.

Après toutes ces années, nous avons atteint la ligne d’arrivée — du moins pour le moment. En octobre 2020, l’Avis obligeant l’élaboration et l’exécution de plans de prévention de la pollution à l’égard du triclosan dans certains produits du gouvernement du Canada est entré en vigueur. L’avis prévoit que les entreprises qui utilisent plus de 100 kg de triclosan par année doivent développer et mettre en place un plan de réduction de la quantité de cette composante d’au moins 30 %.

Comme nous l’avons expliqué en détail dans un billet de blogue précédent, nous croyons que cette conclusion n’est pas satisfaisante et que le gouvernement aurait pu en faire davantage, en établissant un objectif réglementaire d’élimination du triclosan, comme l’ont déjà fait plusieurs états, dont le Minnesota, le New Jersey et l’État de New York.

Cela étant dit, il y a de quoi être optimiste. Le message envoyé est clair — le triclosan est nocif et son utilisation est de moins en moins acceptable. À notre avis, les entreprises qui font le choix d’ignorer la science courent le risque de s’aliéner les consommateurs et consommatrices. C’est d’ailleurs ce que suggèrent fortement les propres règlements du gouvernement : les nouvelles entreprises qui souhaitent manufacturer ou importer des produits contenant du triclosan devront démontrer une réduction de 95 %. Voilà qui n’est pas très prometteur pour le triclosan.

Vous nous avez déjà entendus l’affirmer : nos rivières ont besoin d’une voix forte et votre soutien est ce qui permet à Garde-rivière des Outaouais d’incarner cette voix! Considérez ceci : lorsque le gouvernement du Canada a tenu sa consultation publique concernant sa proposition de règlements sur le triclosan, un total de 4 organismes à travers le pays y ont participé : une municipalité régionale, l’association industrielle représentant les utilisateurs de triclosan, nos camarades de la Canadian Environmental Law Association (CELA)… et Garde-rivière des Outaouais! Notre voix collective, elle compte vraiment, et nous ne pourrions y arriver sans vous. En fait, lorsque nous avons appris que le gouvernement ne viserait pas une abolition pure et simple, nous vous avons demandé de lui montrer comment faire en vous engageant personnellement à bannir le triclosan de votre maison et de votre lieu de travail. Plus d’un millier d’entre vous a répondu à l’appel. Ça, c’est inspirant!

Ainsi, chers amis et chères amies, merci de votre fidèle engagement. Ce mois-ci, le triclosan n’a pas été aboli, mais nous sommes convaincus qu’il le sera un jour. Ce n’est que partie remise!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. * Champs obligatoires