Les microbilles plastique seront bannies des produits de toilette à compter du 1er juillet 2018

Les microbilles plastique seront bannies des produits de toilette à compter du 1er juillet 2018 (l’interdiction vise les produits de santé naturelle et les médicaments vendus sans ordonnance, à compter du 1er juillet 2019)

Le 4 novembre 2016, le gouvernement fédéral a publié son projet de règlement visant à bannir la vente de microbilles dans les produits de toilette (produits de soins personnels). À Sentinelle Outaouais, nous célébrons cette récente étape sur le chemin de la prévention de ce type de pollution dans nos cours. Il ne nous reste maintenant qu’à soumettre nos commentaires sur le projet. La publication du règlement final est attendue au printemps de 2017.

Nous étions très heureux de constater que notre principal commentaire sur la version précédente a été incorporé dans le projet de règlement, à savoir : que l’échéancier de mise en œuvre soit devancé afin de l’harmoniser avec la loi américaine visant à bannir les microbilles qui a été adoptée à la fin de 2015. Nous craignions que le Canada ne devienne le dépotoir des produits contenant des microbilles qui ne pourront plus être vendus aux États-Unis et que, à ce titre, nous agissions le plus rapidement possible pour mettre l’interdiction en vigueur. Ce succès fait suite à un autre que nous avons connu plus tôt dans le processus, lorsque nous avons convaincu le gouvernement de bannir toutes les microbilles jusqu’à un diamètre de 5 mm et de ne pas exclure les plastiques prétendument « biodégradables » (car il n’existe aucune preuve qu’ils se dégradent réellement dans nos eaux froides où ils sont déversés).

L’action relativement rapide et les bons résultats obtenus dans ce dossier sont en grande partie dus à l’implication de gens comme vous qui ont clairement revendiqué des mesures à cet égard. De concert avec d’autres organismes écologiques, nous avons organisé des campagnes d’envoi de lettres et encouragé nos sympathisants à demander au gouvernement d’adopter une interdiction efficace et rapide des microbilles dans les produits de soins personnels. Nous remercions tous ceux qui ont pris le temps d’exposer leurs vues à ce sujet – nous savions que la science était avec nous, nous savions que la dynamique internationale était avec nous et vous avez fait savoir au gouvernement à quelle point les inconditionnels de la rivière comme vous appuyaient cette interdiction!

À l’évidence, il reste beaucoup à faire pour contrer la pollution par le plastique dans nos rivières, nos lacs et nos océans. L’étude que nous avons menée cet été avec l’aide des surveillants de la rivière et les chercheurs de l’Université Carleton, a démontré l’étendue de la présence des fibres microplastiques -provenant souvent des vêtements – dans nos cours d’eau. Nous étudierons des moyens de continuer le travail dans ce dossier, où nous croyons pouvoir faire une importante contribution. Veuillez considérer la possibilité de faire un don à l’appui de notre travail – chaque petite contribution compte et nous nous appuyons sur des donateurs comme vous pour nous assurer que la rivière des Outaouais et ses affluents demeurent propices à la baignade, à la pêche et à la prise d’eau potable, pour les générations à venir.

Encore une fois, un grand merci!

 

Featured Image: Lake Ontario Waterkeeper

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. * Champs obligatoires