Envahissant ou non? Une identification en règle est nécessaire pour répondre à un potentiel envahisseur

En juillet dernier, Jennifer Haughton, membre du groupe de surveillance, nous a signalé qu’une plante ressemblant à un nénuphar avait récemment envahi une bonne partie de la baie à Webb, une anse de la rivière des Outaouais située à Bristol, au Québec.

Cet été, Garde-rivière des Outaouais a reçu un grand nombre de signalements d’espèces envahissantes faisant leur apparition dans le bassin versant. Les espèces exotiques peuvent coloniser des secteurs du bassin versant, en supplantant parfois même les espèces indigènes et en réduisant ainsi la biodiversité naturelle. Ces signalements nous sont utiles, car ils nous éclairent sur l’état de santé du bassin versant et sur les espèces qui pourraient le menacer.

En juillet dernier, Jennifer Haughton, membre du groupe de surveillance, nous a signalé qu’une plante ressemblant à un nénuphar avait récemment envahi une bonne partie de la baie à Webb, une anse de la rivière des Outaouais située à Bristol, au Québec. En examinant tout d’abord les photos, qui avaient été prises à une certaine distance, nous avons cru qu’il s’agissait d’une espèce connue sous le nom de faux-nénuphar.

Premières photos de Jennifer

On retrouve cette plante aquatique envahissante aussi bien au Québec qu’en Ontario, généralement dans les zones à faible courant. Elle est souvent utilisée comme plante ornementale dans les étangs et sa capacité à se reproduire seulement à partir de petits morceaux de tige ou de graines fait en sorte qu’elle se propage facilement à un nouveau milieu. Par contre, puisque les photos reçues avaient été prises de loin et que les fleurs n’y étaient pas facilement visibles, nous n’avons pas pu procéder à une identification définitive.

Deuxième photo de Jennifer

Quelques semaines plus tard, Jennifer a été en mesure de nous fournir des photos en gros plan. Après un examen sommaire, nous avons été pour le moins surpris; s’agissait-il plutôt du faux nénuphar des Indes (Nymphoides indica)? Est-il venu s’installer dans le bassin versant de la rivière des Outaouais?

Si Nymphoides indica ou faux nénuphar des Indes ne vous est pas familier, il s’agit d’une espèce de plante aquatique que l’on retrouve dans plusieurs régions tropicales du monde. Elle vit plus particulièrement en Asie tropical et subtropical et dans le Sud-Ouest américain. On aurait également aperçu des populations naturalisées dans certains états du sud des États-Unis, comme en Floride. Nous savons que l’espèce a été importée en dehors de son aire de répartition naturel comme plante ornementale dans les étangs, ce qui pourrait expliquer sa présence dans la rivière des Outaouais.

Jusqu’à maintenant, il n’y a pas eu de signalements officiels de faux nénuphar des Indes au Canada, et elle ne figure pas parmi la liste des espèces envahissantes à surveiller de l’Ontario et du Québec. Faut-il sonner l’alarme? Devant la possibilité d’un nouvel envahisseur, nous avons contacté des experts locaux pour un deuxième avis.

Photo du faux nénuphar des Indes (Nymphoides indica)

Et nous avons bien fait! Un des experts contactés était l’écologiste et cofondateur de Garde-rivière des Outaouais, Daniel Brunton. Daniel a été en mesure d’identifier l’espèce à laquelle nous avions affaire. Il ne s’agissait finalement pas de N. indica, mais plutôt de son cousin qui n’a rien d’envahissant Nymphoides Cordata, aussi connu sous le nom de faux-nymphéa à feuilles cordées (à ne pas confondre avec l’espèce envahissante du faux-nénuphar mentionnée plus tôt). Nous avons appris que N. Cordata n’est pas une espèce envahissante et qu’au contraire sa présence est en fait un signe de santé du milieu! Daniel nous a fait savoir que le faux-nymphéa à feuilles cordées se rencontre souvent dans les milieux aquatiques riches. Même si l’espèce n’est pas commune dans le secteur d’Ottawa, on la retrouve dans la rivière des Outaouais, particulièrement dans le tronçon situé entre Renfrew (ON) et le Pontiac (QC), ce qui correspond à l’endroit où Jennifer l’a observée.

Photo du faux-nymphéa à feuilles cordées (Nymphiodes Cordata)

Bien que nous ayons appris des choses intéressantes à propos du faux nénuphar des Indes, nous sommes finalement contents de savoir qu’il n’y a pas de nouvelle espèce envahissante à surveiller. La présence de cette espèce s’avère d’ailleurs bénéfique pour la biodiversité aquatique de la baie à Webb.

Un grand merci à Jennifer de nous avoir fait part de la situation et de faire preuve de curiosité quant aux plantes qu’elle rencontre lors de ses promenades sur l’eau. Un grand merci également à Daniel de nous avoir aidé à l’identification et d’avoir contribuer à faire la lumière sur cette espèce unique. Si vous repérez quelque chose qui cloche sur la rivière, que ce soit une espèce envahissante présumée ou simplement de la pollution, veuillez nous en aviser en utilisant notre ligne anti-pollution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. * Champs obligatoires