COMMUNIQUÉ: Chaque seconde compte : des groupes environnementalistes réagissent au plan du gouvernement de l’Ontario visant à rétablir les anguilles, en voie de disparition

Ottawa, le mardi 9 septembre – Garde-rivière des Outaouais (anciennement Sentinelle de la rivière des Outaouais), la Fédération canadienne de la faune, l’Ontario Rivers Alliance, et Nature Ontario ont uni leurs efforts aujourd’hui pour demander au gouvernement de l’Ontario de prendre des mesures urgentes et immédiates pour arrêter le déclin continu de la population de l’anguille d’Amérique, qui est en voie de disparition et dont la population a chuté de 99 % en Ontario depuis les années 1980. Cette exhortation est faite dans les derniers jours de la consultation publique effectuée par la province au sujet de l’ébauche de la réponse du gouvernement. Essentiellement, il s’agit du plan d’action de la province pour rétablir la population de cette espèce en voie de disparition. Même s’ils applaudissent la publication de ces engagements, qui étaient attendus depuis longtemps, les groupes et leurs partisans exhortent la province à aller plus loin que ce qu’elle propose de faire – et surtout à agir plus rapidement.

Urgence d’agir

Malgré l’urgence de la situation, le plan d’action de la province ne va pas jusqu’à proposer des mesures vraiment immédiates, car même la plupart des mesures étiquetées de « priorités provinciales immédiates » sont seulement prévues pour être « prises d’ici 2020 ».

Pour Nicolas Lapointe, biologiste principal de la conservation de la Fédération canadienne de la faune, c’est nettement insuffisant.

« Le 1 % des anguilles d’Amérique qui survivent en Ontario n’ont pas le luxe d’attendre encore deux ou trois ans pour voir les plans se concrétiser. Il y a déjà eu des délais de plusieurs dizaines d’années en ce qui concerne le rétablissement de cette population effondrée, y compris le retard de publication de ce plan d’action, qui aurait dû être en place en 2014, comme prévu par la Loi sur les espèces en voie de disparition de l’Ontario. »

Recommendations

Les groupes demandent à la province d’adopter leurs recommandations pour renforcer le plan d’action proposé, dont les plus importantes sont de mettre immédiatement en œuvre des mesures pour réduire la mortalité chez les anguilles adultes qui migrent vers l’océan en passant par des installations hydroélectriques, et d’aménager des passes migratoires permettant de passer vers l’amont. À titre d’exemple, sur la rivière des Outaouais, une passe migratoire est présente à un seul des 19 barrages existants. De plus, les groupes demandent des approches plus spécifiques qui permettront à l’Ontario de collaborer avec d’autres compétences.

« Chacune des anguilles qui arrive en Ontario ou qui quitte la province passe par le fleuve Saint-Laurent, et par le Québec. Le rétablissement de la population ne peut se réaliser que si l’Ontario dispose d’un plan précis de collaboration avec les intervenants comme Hydro-Québec et le gouvernement du Québec, à l’aide d’instruments comme le Conseil du bassin versant de la rivière des Outaouais, » affirme Patrick Nadeau, directeur général de Garde-rivière des Outaouais.

  1. Nadeau évoque l’absence d’une passe migratoire au barrage de Carillon, qui chevauche la frontière entre l’Ontario et le Québec dans la partie sud de la rivière des Outaouais, comme preuve qu’il faut prendre rapidement des mesures interprovinciales pour protéger les anguilles.

Appel à l’action

Garde-rivière des Outaouais encourage fortement les membres du public à se faire entendre pendant les consultations publiques au sujet de la réponse du gouvernement, qui se terminent le 11 janvier.

« Les Ontariens sont véritablement préoccupés par le déclin global de la biodiversité, notamment par la possibilité bien distincte de voir disparaître l’anguille d’Amérique chez nous. C’est maintenant l’occasion de montrer au gouvernement qu’il y a un soutien considérable pour les mesures immédiates visant à remédier à cette situation, » affirme Linda Heron, présidente de l’Ontario Rivers Alliance.

Les membres du public qui souhaitent commenter la réponse du gouvernement peuvent visiter les sites web suivants pour obtenir de plus amples renseignements : Garde-rivière des Outaouais, la Fédération canadienne de la faune, l’Ontario Nature, et l’Ontario Rivers Alliance.

Lisez les commentaires de Garde-rivière des Outaouais ici.

-30-

Information:

 

Patrick Nadeau (entrevues en français)
Contactez : Emma Konrad
ekonrad@ottawariverkeeper.ca
613-321-1120 poste 1001

 

Nicolas Lapointe
Principal biologiste de la conservation en matière d’écologie des eaux douces, Fédération canadienne de la faune
nLapointe@cwf-fcf.org
613-858-8215

 

John Hassell
Director of Communications and Engagement, Ontario Nature
johnh@ontarionature.org
416-786-2171

 

Linda Heron
Chair, Ontario Rivers Alliance
linda.heron@rogers.com
705-866-1677

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. * Champs obligatoires