Célébrez l’action autour des égouts municipaux!

Il y a onze ans, Meredith Brown, notre Sentinelle, révélait que la ville d'Ottawa déversait des eaux usées non-traitées dans la rivière des Outaouais, et ce, environ 200 fois par année! Ça a été beaucoup de travail, et il en reste presque autant, mais cette semaine nous célébrons une étape importante pour résoudre cette problématique avec le Plan d'action de la rivière des Outaouais de la ville d’Ottawa.

Ecology ottwaw meeting tuesday

Première rangée de gauche à droite: la députée provinciale Lalonde, le député provincial Chiarelli, le député Galipeau, le maire Watson, les conseillers Chernushenko et Tierney. Deuxième rangée: les conseillers Darouze et Mitic, le député Polievre, le conseiller Monette. Photo: Ecology Ottawa

Mardi dernier, j’étais ravie en écoutant notre élite politique annoncer le financement fédéral pour aider la ville d’Ottawa dans son travail de réduction des déversements d’eaux usées non traitées dans la rivière des Outaouais. Quel plaisir de les écouter parler de l’importance de la rivière et de notre responsabilité commune de la protéger pour assurer que les familles puissent continuer de profiter de la baignade, du canot et de la pêche. Comme vous pouvez l’imaginer, ce n’est pas facile de convaincre trois paliers de gouvernement d’investir plus de 200 millions de dollars dans les infrastructures des eaux usées!

Les médias, quant à eux, n’ont cependant pas laissé passer beaucoup de temps pour célébrer. Ils n’ont pas tardé à poser des questions (et à juste titre), telles que : cet investissement est-il suffisant pour la rivière des Outaouais? Qu’en est-il de la ville de Gatineau – est-ce qu’elle va faire sa part pour arrêter de déverser ses eaux usées dans la rivière que l’on partage?

Avec mon équipe, nous avons passé du temps cette semaine à parler aux médias pour rappeler à tous que les eaux usées non traitées et le ruissellement des eaux pluviales polluent les lacs et les rivières à travers notre vaste bassin versant, pas seulement ici à Ottawa-Gatineau. La technologie pour résoudre la plupart de nos problèmes d’égouts existe. Ce qui nous manque, c’est la capacité, le financement et la volonté politique de mettre en œuvre des projets d’infrastructure innovants.

À la ville d’Ottawa, nous avons eu la chance d’en arriver à aligner les trois facteurs nécessaires, mais ce n’est pas arrivé du jour au lendemain.

Il y a onze ans, alors que je suis devenue votre Sentinelle de la rivière des Outaouais, j’ai découvert que la ville d’Ottawa déversait ses eaux usées non traitées dans notre rivière à une fréquence d’environ 200 fois par année! J’ai alors commencé une enquête sur les déversements d’eaux usées grâce à une visite avec Joseph Potvin. Sa motivation? Il est père de deux pagayeurs qui s’entraînaient à tous les jours sur la rivière des Outaouais dans l’espoir de faire partie de l’équipe nationale de slalom en eau vive. Joseph m’avait alors dit que ses enfants pagayaient souvent dans ce qui semblait, avec raison, être des eaux usées et qu’il était préoccupé par les risques que cela pouvait représenter pour leur santé.

sewageL’idée de se baigner ou de faire du canot dans des eaux usées fait frémir. J’ai commencé à en parler à chaque fois que j’avais un public, à travers tout le bassin versant. Les gens étaient atterrés d’apprendre que, lorsqu’il pleut, nos villes déversent des eaux usées dans la rivière. Étant ingénieure en environnement, je savais qu’il y avait des solutions pour prévenir ses déversements, mais je n’étais pas sure de savoir comment sensibiliser les politiciens à ce problème.

La ville d’Ottawa dit que le problème est devenu évident il y a environ 10 ans, mais le personnel de la ville et les politiciens le reconnaissaient depuis beaucoup plus longtemps. La preuve : un rapport sur les problèmes des eaux usées de la ville d’Ottawa datant des années 1970 offre des recommandations pour résoudre le problème très semblable à notre Plan d’action de la rivière des Outaouais. Comme on dit, mieux vaut tard que jamais!

L’établissement d’une plage publique sur l’île Petrie, dans l’est d’Ottawa, était controversé. Cependant, le fait d’avoir une zone de baignade officielle en aval de nos égouts combinés a donné l’opportunité au conseiller municipal Bob Monette et à notre Surveillant de la rivière Al Tweddle de poser des questions sur la qualité de l’eau autour de cette île urbaine. Ils ont exposé un problème sévère avec les égouts unitaires de la ville et se sont même retrouvés devant la cour provinciale pour un important déversement qui n’avait pas été déclaré. Ils ont alors reçu l’attention de leur conseil municipal.

Cet événement a été le catalyseur derrière la création du Plan d’action de la rivière des Outaouais, la ville consultant en parallèle Sentinelle Outaouais et le public. Toutefois, avoir un plan en main est excellent, mais encore faut-il trouver le financement pour le réaliser et c’est là que la volonté politique entre en jeu. La rivière a eu la chance d’avoir des champions comme John Baird, Bob Chiarelli et Jim Watson qui sont habiles dans l’obtention de financement pour des projets majeurs. Le maire Watson a fait de la santé de notre rivière une priorité et a assuré que le budget de la ville reflète cette priorité.

En parallèle, le fait d’avoir un public bien informé sur la problématique et intéressé à ce que des solutions voient le jour a beaucoup aidé, et l’organisme Ecology Ottawa a été très utile pour rassembler les gens autour de cette cause. Il y a environ trois ans, je suis allé prendre un café avec Graham Saul, le directeur général d’Ecology Ottawa, car il voulait en apprendre davantage sur la question des eaux usées. Après avoir parlé aux résidents d’Ottawa, il savait qu’ils étaient passionnés par la rivière et il cherchait donc des moyens de les motiver à agir. La rivière nous relie.

graham saul cbc news

Photo: CBC News

J’ai réussi à convaincre Graham que la ville d’Ottawa se penchait sur cette problématique et allait le résoudre dès qu’ils recevraient le financement provincial et fédéral requis. C’est à ce moment qu’Ecology Ottawa est entré dans le jeu des eaux usées, juste à temps pour le punch final! Ils ont frappé aux portes et ont ainsi obtenu un nombre record de signatures pour encourager notre gouvernement fédéral et provincial à financer le Plan d’action de la rivière des Outaouais.

Cette histoire est à propos de personnes qui travaillent ensemble pour améliorer notre qualité de vie. Je tiens à remercier sincèrement chaque personne qui a participé à cette longue route menant à une diminution de la quantité d’eaux usées non traitées déversée dans notre rivière par la ville d’Ottawa. Vous êtes trop nombreux pour vous mentionner par nom, mais vous savez qui vous êtes et je vous salue.

Meredith Brown

Sincèrement.

Meredith Brown au nom de toute l’équipe à Sentinelle Outaouais

 

La ville d’Ottawa a récemment installé une lumière d’avertissement au canal de la station de pompage, à l’endroit même où de nombreux kayakistes s’immergent dans les courants en aval d’un tuyau de déversement d’égouts unitaires. Dorénavant, la lumière clignote dès que la ville rejette des eaux usées non traitées dans le canal, avertissant ainsi les pagayeurs pour assurer leur sécurité.

warning light

 Photos: Oscar Durand de Blue Legacy, CBC News et Ecology Ottawa


Dans les nouvelles: 

 CBC News: Federal government matches province’s $62M for Ottawa sewage project

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. * Champs obligatoires