Au-delà du Ruisseau de la Brasserie: notre rapport sur la qualité de l’eau dans la rivière

Ce mercredi dernier nous nous sommes rassemblés à Les Brasseurs du Temps, avec nos partenaires Les Amis du ruisseau de la Brasserie, pour publier notre rapport sur la qualité de l’eau dans la rivière.

Le rapport, « Le ruisseau de la Brasserie: illustrer le problème des débordements d’égouts unitaires à Gatineau et Ottawa, » examine les données amassées pendant cinq années d’études de la qualité de l’eau du ruisseau de la Brasserie à Gatineau.

À partir des résultats de cette étude, nous cherchons à insister pour obtenir un changement positif pour notre rivière avec les politiciens locaux. Ceux-ci déterminent les priorités budgétaires et ont le pouvoir d’améliorer les systèmes d’égouts dans notre bassin versant.

Ruisseau de la Brasserie

Nous sommes incroyablement chanceux d’avoir un joyau comme le ruisseau de la Brasserie dans notre ville. Ce ruisseau a tant de potentiel, mais il n’est pas toujours traité comme la ressource qu’il est. À un bout du ruisseau de la Brasserie, nous avons ce merveilleux joyau où les gens peuvent nager, s’abreuver et pêcher. Et à l’autre bout, nous avons des niveaux de pollution parmi les plus élevés de la ville. Nous ne pouvons pas continuer à ignorer ce problème.

Il y a six débouchés d’égouts unitaires le long du ruisseau de la Brasserie. Les données de l’un en particulier, situé au barrage sous la rue Montcalm, indiquent que cette section du ruisseau est l’une des plus polluées dans la ville. Le ruisseau est seulement sécuritaire pour les pagayeurs et pêcheurs moins de 50% du temps.

Bien que le rapport se concentre sur le ruisseau de la Brasserie, il a des implications plus larges pour la région de la capitale nationale.

Débordements d’égouts

Généralement, la qualité de l’eau dans la rivière des Outaouais est excellente pour les activités récréatives. Cependant, ce n’est pas toujours le cas.

Lorsqu’il pleut ou que la neige fond, des eaux usées non traitées débordent d’égouts unitaires et se retrouvent dans la rivière. Ces débordements présentent un risque à la santé publique.

En 2016, il y avait 28 débordements d’égouts unitaires dans la rivière du côté d’Ottawa, rejetant environ 540 millions de litres d’eaux usées et pluviales non traitées dans la rivière.

Gatineau ne communique pas au public ses débordements, cependant Sentinelle de la rivière des Outaouais a soumis une demande d’informations et a ainsi obtenu les données brutes pour le nombre de débordements en 2016 et 2017.  

partir de ces données, nous estimons qu’en 2016 il y avait 1 350 débordements et qu’en 2017, il y a eu jusqu’à présent 1 327 débordements. Ces nombres sont alarmants et doivent être abordés.

Plus inquiétant, peut-être, demeure le fait que le public n’est pas alerté de ces débordements.

Solutions

Nous avons été le fer de lance d’une campagne à travers la région de la capitale nationale, demandant aux maires d’Ottawa et de Gatineau pour un signalement en temps réel des débordements d’égouts. Jusqu’à présent, plus de 3 000 citoyen(ne)s ont demandé à leurs maires de leur laisser savoir quand des eaux usées non traitées se retrouvent dans leur rivière. Nous sommes excités de voir le nombre gens qui s’impliquent et de voir que ce nombre continue à croître.

Ceux qui n’ont pas encore écrit ont encore l’occasion de le faire à www.nousvoulonssavoir.ca.

Dans notre rapport, nous présentons aussi 5 recommandations pour les villes d’Ottawa et Gatineau pour améliorer la situation. Vous pouvez les lire ici.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. * Champs obligatoires