Eaux usées industrielles

Il existe neuf usines de pâtes et papiers dans le bassin versant de la rivière des Outaouais.

L’usine moyenne génère environ entre 90 et 130 millions de litres d’effluents par jour. Ces effluents ont pour conséquence la toxicité chronique de la vie aquatique et l’eutrophisation. Bien que le volume d’effluents des usines de pâtes et papiers soit supposé décroître, les concentrations peuvent toujours augmenter. On a par ailleurs détecté leur couleur, leur goût et leur odeur à 900 km en aval des usines de pâtes et papiers.

Quatre-vingt pour cent de toutes les usines du Canada ont signalé que leurs effluents avaient des incidences sur les poissons. Malgré des décennies d’investissements visant à améliorer le rendement de l’industrie des pâtes et papiers, on remarque encore, à l’échelle du pays, les conséquences importantes sur la santé de l’écosystème aquatique.

Pour plus de détails sur les répercussions des eaux usées industrielles sur le bassin versant de la rivière des Outaouais, parcourez le Bilan sur la rivière 2006 de Sentinelle Outaouais.