Les élections du Québec: Des questions pour les candidats

Les élections provinciales au Québec se tiendront le 1er octobre 2018. Les partis ont annoncé leurs programmes respectifs que vous pouvez consulter en ligne. À Garde-rivière des Outaouais, nous croyons que nos élus ont le devoir de s’attaquer aux problèmes environnementaux qui préoccupent les citoyens tels que les impacts du changement climatique et de l’activité humaine sur nos cours d’eau.

Le territoire du bassin versant de la rivière des Outaouais au Québec couvre approximativement 95000 km², est habité par plus de 475,000 personnes, et touche trois des régions de la province soient l’Abitibi, les Laurentides et l’Outaouais. Qu’il s’agisse de résidents fréquentant les plages publiques en milieux urbains, de plaisanciers naviguant le long des rives, ou d’adeptes d’une myriade autres activités reliées à l’eau, tous bénéficient d’un bassin versant de la rivière des Outaouais en santé où il fait bon se baigner, boire et pêcher.

Si vous assistez à des débats ou à des événements publics avec des candidats locaux, voici quelques questions à poser aux gens qui demandent un mandat pour gouverner le Québec et, tout particulièrement, nos magnifiques régions de l’Outaouais, de l’Abitibi et des Laurentides.

 

DES QUESTIONS POUR LES CANDIDATS

1. PLASTIQUE DANS NOS COURS D’EAU

Savez-vous que seulement 11 % des déchets plastiques sont recyclés au Canada? Chaque jour, une grande partie de ce plastique est rejetée dans nos cours d’eau, y compris dans la rivière des Outaouais. Quelles mesures est-ce que votre gouvernement prendra pour trouver des solutions innovantes à notre problème de pollution par le plastique? Nous croyons que nous devons nous diriger vers une économie circulaire, où les déchets par le plastique sont éliminés et où les plastiques sont recyclés et réutilisés en majeure partie. Que ferez-vous pour nous amener vers une économie circulaire?

2. DÉBORDEMENTS D’ÉGOUTS

Savez-vous que la plupart des municipalités du bassin versant n’ont aucun système permettant d’aviser le public des déversements d’eaux usées dans nos cours d’eau? Est-ce que vous allez appuyer un règlement visant à exiger les municipalités à signaler les débordements en temps réel, afin de s’assurer que les eaux sont sans danger pour la baignade ou les activités récréatives?

3. DÉCHETS NUCLÉAIRES

Depuis 1945, le Canada accumule des déchets nucléaires à l’emplacement des Laboratoires nucléaires canadiens de Chalk River situé sur le bord de la rivière des Outaouais. Tout près à Rolphton, le bâtiment d’un réacteur inactif contamine les eaux de surface par le tritium radioactif, le mercure et le plomb. Ces sites mettent en danger notre majestueuse rivière des Outaouais. De nombreuses parties prenantes au Québec, y compris la ville de Gatineau, ont exprimé de sérieuses préoccupations quant au projet de Chalk River. Lors des étapes antérieures de l’évaluation environnementale du projet de ce projet, le gouvernement du Québec est intervenu afin de présenter ses questions et préoccupations. Votre gouvernement s’engagera-t-il à maintenir cette participation du Québec dans les étapes ultérieures de l’évaluation environnementale de ce projet?

4. INONDATION – MILIEUX HUMIDES

En Outaouais, dans le secteur de la ville de Gatineau en particulier, les inondations du printemps 2017 ont très clairement démontré le rôle vital que peuvent jouer les milieux humides dans la mitigation des impacts environnementaux et économiques. Il est certain qu’une partie des dommages et des coûts afférents aux réparations de propriétés aurait pu être évitée, ou du moins atténuée, si l’espace occupé par les milieux humides le long de la rivière des Outaouais avait couvert une plus grande superficie. Le nouveau règlement du Québec à cet effet permet aux développeurs de payer une compensation pour la destruction des milieux humides. Nous croyons, comme le Regroupement des organismes de bassins versants du Québec, que les mesures d’évitement et de minimisation devraient être préconisées avant la mise en place de mesures de compensation. Aussi, si des mesures de compensations doivent êtres prises, nous croyons que l’objectif d’aucune perte nette ne sera possible que si le les taux imposés ne sont pas suffisamment élevés. Que ferez-vous pour assurer la protection des milieux humides et l’atteinte de l’objectif d’aucune perte de ceux-ci au Québec?

5. ANGUILLE D’AMÉRIQUE

L’anguille d’Amérique, autrefois parmi les espèces les plus importantes de la rivière des Outaouais, a connu un effondrement catastrophique de 99% de ses effectifs en à peine une génération. Le rétablissement de cette espèce est possible, mais en date d’aujourd’hui, le Québec n’a aucune stratégie pour y arriver. Du côté ontarien, le gouvernement a signifié son objectif de rétablir l’anguille d’Amérique dans la rivière des Outaouais et de collaborer avec les autres juridictions pour y arriver. Votre gouvernement s’engagerait-il aussi à travailler avec le gouvernement de l’Ontario pour rétablir l’anguille dans la rivière des Outaouais?

6. STRATÉGIE DE L’EAU

Le Québec a récemment dévoilé sa Stratégie québécoise de l’eau 2018-2030. Ce plan d’envergure prévoit 3 phases d’actions impliquant 11 ministères, le tout supporté par un budget de plus de 550 $ millions. Quelle est pour vous la composante la plus importante de cette stratégie?

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. * Champs obligatoires