Garde-rivière des Outaouais change de nom en français

Nous avons changé notre nom. Nous sommes maintenant Garde-rivière des Outatouais.

Un nouveau nom, un nouvel élan!

Ce n’est pas à tous les jours que l’on rebaptise un organisme. Notre décision est le fruit d’une longue réflexion qui est entamée depuis plusieurs années. Au fil du temps, nous nous sommes aperçus que notre ancien nom,  Sentinelle de la rivière des Outaouais posait problème. D’abord par sa longueur, tout simplement.  Sentinelle de la rivière des Outaouais, avec ses six mots, était difficile à retenir et à répéter, y compris par les médias. C’est plutôt le diminutif « Sentinelle Outaouais » qui était utilisé fréquemment par le public – malgré nous, car « Sentinelle Outaouais » posait aussi problème. On y perdait toute référence à la rivière! Il aurait pu s’agir d’une compagnie de sécurité, d’une banque, de n’importe quoi. (D’ailleurs, on nous confondait parfois avec une clinique médicale de Gatineau).

Enfin, « Sentinelle de la rivière des Outaouais » n’avait aucune similarité ni consonance avec « Ottawa Riverkeeper », notre nom en anglais. Il nous arrivait régulièrement, même auprès de nos partenaires de longue date, d’assister à des moments d’embarras lorsque ceux-ci se rendaient enfin compte qu’il s’agissait d’un seul et même organisme!

Pour ceux qui nous connaissaient déjà (dont vous êtes), un sondage nous a révélé qu’en fait, vous étiez plutôt satisfaits de notre nom. (Merci, on espère que vous continuerez à nous appuyer dans notre nouvelle mouture!) Le problème était plutôt chez ceux qui ne nous connaissaient pas. Chez ceux-là, notre ancien nom arrivait en bon dernier lorsque l’on proposait plusieurs noms pour décrire un organisme avec notre mandat…

Pourquoi Garde-rivière?

Nous avions des critères bien précis pour un nouveau nom. Il fallait qu’il soit court, qu’il illustre bien la nature de notre travail, que son genre soit neutre, et qu’il soit clair qu’il s’agissait bien du même organisme que « Ottawa Riverkeeper ». Après bien des discussions, sondages, et même quelques focus groups, nous nous sommes arrêtés sur « Garde-rivière des Outaouais ». On vous avoue qu’on a mis quelques jours à s’approprier ce nouveau nom. Mais plus on y pense… plus c’est exactement ce qu’il nous fallait. Parfois, la simplicité l’emporte! Avec ce nom, tous nos critères sont respectés. Bien que l’expression « garde-rivière » ne soit pas d’usage commun ici, en France elle s’utilise pour désigner un métier. Un garde-rivière est un « gardien et protecteur des cours d’eau », qui peut « informer et sensibiliser le public », « être en lien permanent avec les élus et les autorités concernées »,

« surveiller la qualité et la propreté des rivières »… bref, une excellente description du travail de notre organisme ainsi que du poste clé de « Riverkeeper » occupé par Meredith Brown, que nous désignerons également désormais par « Garde-rivière »!

On poursuit sur notre lancée!

Nous sommes très fiers du progrès que nous avons accompli ces dernières années pour rendre notre organisme bilingue à tous points de vue. Sur les réseaux sociaux, par exemple, nous avons connu une ascension fulgurante de 420% de nos adeptes francophones dans la dernière année! Nous espérons que ce n’est qu’un début, et que notre nouveau nom sera un outil de plus pour atteindre encore davantage de francophones, où qu’ils soient dans notre bassin versant.

Un grand merci à MEC pour son appui à cette démarche.

One response to “Garde-rivière des Outaouais change de nom en français”

  1. Louis-Marie Poissant dit :

    Intéressant. En France la tradition des bassins versants est plus ancienne que la nôtre. Comment appellent-ils cela? Il y a les garde-côte, les garde-champêtres, mais ce sint des personnes sous l’autorité de l’Etat français il me semble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. * Champs obligatoires