Ce qui découle de l’élection…

À Garde-rivière des Outaouais, nous félicitons tous les candidats, peu importe leur appartenance. Nous avons hâte de collaborer avec tous les députés dont la circonscription comprend une partie du bassin versant de la rivière des Outaouais.

Après une campagne pleine de rebondissements, les Canadiens ont voté hier et ont réélu un gouvernement libéral qui sera minoritaire. Cela signifie que beaucoup de nouveaux visages rempliront la Chambre des communes lors de la reprise de ses travaux. Le vent du changement ouvrira la voie à de nouvelles idées ambitieuses, à des alliances sans précédent et à des défis imprévus.

À Garde-rivière des Outaouais, nous félicitons tous les candidats, peu importe leur appartenance. Nous avons hâte de collaborer avec tous les députés dont la circonscription comprend une partie du bassin versant de la rivière des Outaouais. En tant que source d’eau pour deux millions de personnes en Ontario et au Québec, le bassin versant est un élément naturel essentiel qui doit être protégé contre certaines menaces.

Au cours de la campagne, nous avons identifié un certain nombre de problèmes auxquels les députés nouvellement élus devront faire face avec des approches collaboratives, des processus décisionnels innovants et, surtout, une volonté d’écouter les préoccupations des citoyens. Les impacts des changements climatiques sur les espèces et leurs habitats, la gestion des déchets nucléaires le long des rives de la rivière des Outaouais, ainsi que la prévention et la mitigation des inondations dévastatrices nécessiteront tous des stratégies non partisanes et des actions concrètes et urgentes.

Le site controversé des déchets près de la surface situé à Chalk River, à 200 kilomètres à l’ouest de la région de la capitale nationale, est plus qu’une affaire locale. Un déversement pourrait contaminer notre rivière propre et toucher d’innombrables communautés en aval. Mais il est également très troublant de constater que le Canada n’a pas de politique nationale en place pour réglementer l’élimination des déchets nucléaires. Il faut remédier à cela au cours de la 43ième session du Parlement.

Ottawa Riverkeeper préconise depuis longtemps la création d’un organisme de coordination qui réunirait les principaux intervenants (gouvernements, Premières nations, ONG, secteur privé, etc.) pour anticiper, discuter et résoudre les problèmes qui posent un risque pour la santé écologique et l’avenir du bassin versant. Si les élections d’hier ont montré quoi que ce soit, c’est que les Canadiens veulent que des interlocuteurs divergents les représentent, s’assoient ensemble, et trouvent des solutions.

Ce sont la diversité et la collaboration qui feront le succès du prochain Parlement. Ils feront également prospérer notre bassin versant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. * Champs obligatoires