Les déchets nucléaires

Le Problème

Les Laboratoires de Chalk River (LCR) sont situés au bord de la Rivière des Outaouais, à environ 200 kilomètres en amont d’Ottawa-Gatineau. Le site a été ouvert en 1944, résultat de la collaboration de chercheurs nucléaires britanniques et canadiens. Malheureusement, d’anciennes pratiques d’élimination des déchets sur le site ont généré des effluents radioactifs qui ont migré de façon incontrôlée, contaminant marais, eaux souterraines et de surface, et ruisseaux alimentant la Rivière des Outaouais. Cette pollution est un problème permanent, et ce statu quo est inacceptable. Ces déchets contaminés qui constituent l’héritage du site doivent être traités dans le cadre d’une approche scientifique solide.

Depuis 2014, les LCR fonctionnent selon le modèle d’un organisme gouvernemental exploité par un entrepreneur, ce qui signifie qu’un consortium privé gère le site au nom du gouvernement canadien. Ce consortium, appelé Laboratoires Nucléaires Canadiens (LNC), comprend plusieurs compagnies privées, dont seulement une (SNC-Lavalin) est canadienne. Au début de l’année, Garde-rivière des Outaouais a fait part de nos sérieuses préoccupations quant au renouvellement du permis d’exploitation pour 10 ans des Laboratoires de Chalk River par les LNC, la plus longue durée à ce jour pour ce site. En mars 2018, Garde-rivière des Outaouais était déçue d’apprendre que la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) avait approuvé le renouvellement du permis des LNC pour les dix ans.

Les LNC proposent également la construction de la première décharge permanente du Canada pour déchets nucléaires, intitulée « installation de gestion des déchets près de la surface (IGDPS) », à moins d’un kilomètre de la rivière des Outaouais. C’est la CCSN qui devra approuver ou non, en fin de compte, cette proposition.

Comment contribuons-nous?

Garde-Rivière des Outaouais a suivi les activités et les risques associés aux Laboratoires de Chalk Rivière pendant plusieurs années. Nous sommes membre du Conseil de gérance de l’environnement (CGE) des Laboratoires Nucléaires de Chalk River. Grâce à notre participation au Conseil, nous avons beaucoup appris sur les opérations des LNC et l’accumulation des déchets sur le site au cours de son existence. Nous avons visité le site à plusieurs occasions. Nous avons également participé à plusieurs consultations du CCSN au fil des ans, plus récemment à propos de la demande des LNC de renouvellement de leur licence d’exploitation pour 10 ans, et leur proposition de décharge pour déchets nucléaires. Nous avons engagé des experts afin d’étudier l’impact environnemental d’une telle structure, et avons soumis des commentaires officiels sur les deux problématiques. Nous travaillons étroitement avec les Premières Nations, les organismes communautaires et les citoyens concernés afin de mettre en avant les risques et mobiliser le public. Nous nous sommes beaucoup fait entendre sur le sujet et avons participé à des douzaines d’entrevues dans les médias. Plus généralement, nous exhortons le gouvernement canadien à revoir la façon dont les questions sur la sûreté nucléaire sont adressées au Canada, y compris le mandat du CCSN, dans le cadre de son engagement à examiner les évaluations environnementales au Canada.

Passez à l’action

Saviez-vous que le Canada n’a aucune politique officielle pour la gestion à long terme des déchets nucléaires radioactifs autres que des combustibles? Vous pouvez aider à changer cela ! Dites à votre deputé ou députée que l’eau propre est la ressource la plus importante au Canada et que nous avons vivement besoin d’une politique au niveau fédéral sur les déchets radioactifs autres que des combustibles.