Avez-vous repéré de la glace sur la rivière?

Avez-vous remarqué si de la glace se forme sur vos cours d'eau locaux?

C’est l’hiver dans le bassin versant de la rivière des Outaouais et le froid s’en vient. À mesure que le mercure continue à descendre sous le point de congélation, nous voyons la glace se former à la surface des lacs et des ruisseaux, de même que sur certains tronçons de la rivière des Outaouais. Bien que beaucoup d’entre nous soient accoutumés aux joies des activités hivernales que cette glace rend possibles, le début et la durée de la formation de cette glace peut également nous fournir des renseignements précieux sur la santé du bassin versant.

Les variations d’épaisseur et de durée de la couverture de glace peuvent indiquer certains effets du changement climatique, car le gel et le dégel des glaces (aussi appelé phénologie des glaces) dépend largement de la température de l’air. À mesure que les températures globales augmentent, nous verrons probablement de plus courtes périodes de couverture glacielle, la glace se formant plus tard en automne/hiver et le dégel survenant plus tôt au printemps. En fait, nous observons déjà ces incidences. D’après une étude menée par des chercheurs internationaux sur 39 lacs et rivières de l’Asie du Nord, de l’Europe et de l’Amérique du Nord, une tendance de gels tardifs et de dégels hâtifs est observée pour les 150 dernières années (CCME). On observe les mêmes tendances pour les lacs méridionaux du Québec, de l’Ontario, du Manitoba et de la Saskatchewan(RNCAN).

La glace de rivière est importante pour un bon nombre de raisons, y compris le transport sur ponts de glace, la pêche blanche, la motoneige et la santé globale de l’écosystème. Les variations dans les dates de gel et de dégel peuvent avoir un effet sur la sédimentation et l’apport de nutriments. Les changements de durée de la couverture glacielle ont également une influence connue sur les inondations printanières, en particuliers les inondations causées par les embâcles qui peuvent causer une hausse subite des niveaux d’eau et entraîner de graves dommages.

QUE POUVONS-NOUS FAIRE?

Bien que beaucoup d’études se soient penchées sur la formation des glaces de mer dans un contexte de changement climatique, il n’existe que peu de données à long terme sur les réseaux hydrographiques d’eau douce et l’observation de rivières est particulièrement clairsemée (RNCAN). Le bassin versant de la rivière des Outaouais n’y fait pas exception : les données à long terme sur la couverture glacielle sont limitées pour les plans d’eau de notre bassin versant et pour la rivière elle-même.

Comment déterminer si un lac ou une rivière est en conditions de gel? Les conditions de gel correspondent au moment où l’on peut se tenir sur la glace de façon sécuritaire, habituellement lorsqu’elle a une épaisseur de 15-20 cm. La couleur de la glace est également un bon indicateur. Une glace bleue et claire est généralement sécuritaire, alors qu’une glace blanche et opaque tend à être moins forte et qu’une glace noire ou grise indique la présence de l’eau en-dessous et de glace mince. 

Qu’est-ce qui empêche les conditions de gel? Alors que la formation de la glace sur un lac est relativement directe, elle est souvent plus complexe sur les rivières, en bonne partie à cause de la fluidité et de la turbidité de l’eau. Ainsi, on observera moins les conditions de gel dans les secteurs d’eau vive de la rivière ou dans les tronçons de courant rapide.

Comment déterminer si un lac ou une rivière est en conditions de dégel? Les conditions de dégel correspondent au moment où l’on peut naviguer sur le plan d’eau en bateau de façon sécuritaire. Par exemple, la date officielle de dégel pour le parc Algonquin est enregistrée lorsqu’un bateau peut naviguer de façon sécuritaire du point d’accès Opeongo jusqu’au portage Happy Isle dans le bras nord du lac Opeongo.

Voici comment vous pouvez aider! Vous vivez près d’un lac ou d’un tronçon de rivière qui gèle pendant l’hiver? Vous pouvez nous aider à créer un registre des conditions glacielles en nous informant dès que vous observez la première formation de glace et lors du calage des glace au printemps.

Veuillez inclure la position GPS ainsi qu’une photo et les conditions météo pour la journée si possible. Vous pouvez soumettre vos constatations à Katy Alambo (kalambo@ottawariverkeeper.ca) ou à l’aide de ce formulaire. En outre, nous ajouterons vos observations au site attentionglace, une base de données nationale sur les conditions glacielles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. * Champs obligatoires