6 choses à savoir à propos des inondations de 2019

On a beaucoup discuté de la quantité d’eau dans notre bassin versant cette année. Mais d’où venait-elle? Comment cela a-t-il contribué aux inondations?

1) Il y a eu beaucoup de neige au sol et elle est restée tard dans la saison

Une différence entre 2017 (alors que plusieurs zones du bassin versant avaient été inondées) et 2019 est le rythme auquel la neige a fondu. En avril 2017, la neige accumulée a diminué au cours du mois. Mais en 2019 le temps froid a persisté et la neige est donc restée au sol. Lorsqu’elle a commencé à fondre plus tard dans le mois, il y avait beaucoup plus d’eau entrant le système fluvial que normal.

Les graphiques ci-dessous (de Environnement et Changement climatique Canada) illustrent les niveaux de neige du bassin versant au début et à la mi-avril en 2017 et 2019.

2) La quantité de pluie a contribué au niveau de l’eau

En 2017, les inondations ont été causées par la quantité de pluie. Encore cette année en 2019, les quantités de précipitations sur notre bassin versant ont été phénoménales. Autant 2017 que 2019 ont eu des mois d’avril extrêmement pluvieux. La pluie était moins intense cette année, mais combinée à la neige accumulée excédentaire, elle s’est traduite en de grandes quantités d’eau de ruissellement qui ont contribué à la hausse rapide des niveaux de l’eau alors que toute cette masse d’eau entrait dans le système fluvial.

3) Il existe des réservoirs dans le bassin versant, mais…

Plusieurs se questionnent sur les réservoirs du bassin versant, plus particulièrement comment ils retiennent la crue printanière. Dans le bassin versant de la rivière des Outaouais, la plupart des digues de réservoirs sont situées au nord, celles qui ont les capacités les plus importantes sont toutes situées à Témiscamingue ou encore plus en amont. Chaque année, ces réservoirs sont vidés tôt au printemps pour faire de la place en prévision de la fonte des neiges. C’est ainsi qu’on peut retenir le plus longtemps possible la crue printanière de cette région nordique du bassin versant.

Les parties centrales et sud du bassin versant ont des capacités minimales en fait de réservoir et il n’existe aucun mécanisme additionnel pour contrôler les niveaux d’eau de ces régions. Lorsque la neige accumulée de chacune des parties du bassin versant fond, un volume d’eau supplémentaire est ajouté à la rivière des Outaouais. Avec les pluies diluviennes de 2017 et de 2019, les niveaux d’eau ont beaucoup monté, puisque la pluie ruisselle sur la neige et les terres gelées. Cette année, le ruissellement printanier tardif est en partie responsable de la diminution très lente des niveaux d’eau au cours des dernières semaines.

4) Les inondations sont causées par une multitude de facteurs

Les inondations sont une caractéristique normale de nos systèmes fluviaux; toutes les rivières débordent, dans différentes proportions, chaque année ou presque. La gravité de ces inondations varie avec les années. Comme vous pouvez le constater ci-dessus, 2019 a vu d’importantes quantités de neige et de pluie dans le bassin versant, ce qui a été l’un des facteurs contribuant aux inondations de cette année.

L’activité humaine joue elle aussi sur l’incidence d’inondation. Des projets d’aménagement des milieux humides, la déforestation, les modifications à la zone riveraine et l’aménagement en général ont tous des répercussions sur la façon dont l’eau circule dans le bassin versant.

Si l’inondation est un phénomène naturel, comprendre comment nos actions influencent la gravité de ces événements peut poser un défi. Mais il est important de bien saisir les nuances. Il est rare qu’un seul facteur mène à des événements catastrophiques comme ceux survenus dans notre bassin versant cette année. Il faudra du temps et des ressources pour arriver à comprendre quelles mesures nous pouvons mettre en place pour mieux nous préparer pour essayer d’atténuer les grandes inondations du futur. Toute enquête sur les inondations de cette année devrait explorer tous ces nombreux facteurs. 

5) Comment se débarrasser des sacs de sable

Si vous avez en votre possession des sacs de sable dont vous voulez vous débarrasser, vérifiez tous les renseignements rendus accessibles par votre ville, municipalité ou village. Le meilleur endroit où commencer est en ligne, puisque plusieurs municipalités ont publié des pages de ressources liées aux inondations 2019 sur leur site Web.

Les sacs et le sable utilisés en prévision des inondations peuvent être réutilisés de quelques façons, mais il faut rester prudent. Le sable qui a été en contact avec les eaux des inondations peut avoir été contaminé, et il ne doit pas être réutilisé, sauf s’il est d’abord décontaminé. Évitez d’utiliser ce sable dans un parc, un carré de sable ou d’autres endroits où le sable sera susceptible d’être en contact direct avec un être humain. Les municipalités utilisent le sable différemment. Par exemple, certaines municipalités l’utilisent pour recouvrir leurs dépotoirs, tandis que d’autres le conservent pour utiliser sur les routes l’hiver. Si vous entreposez du sable ou des sacs de sable, assurez-vous qu’il soit bien sec, parce que la moisissure peut devenir un grave problème si les conditions d’entreposage ne sont pas optimales. Pour plus de conseils sur les façons sécuritaires de réutiliser le sable, visitez cette page (anglais) de l’Office de protection de la nature de la vallée de la Rideau.

Enfin, le sable des sacs ne devrait pas être jeté à la rivière ou le long des berges, cela créerait des déplacements de sable dans la rivière. Ajouter du sable aux rivages ou à la rivière, particulièrement en grande quantité, peut avoir une répercussion négative sur l’écologie de la rivière et être nuisible aux milieux aquatiques. Ce sable vient perturber l’équilibre du débit de sédiment dans la rivière, contrairement au mouvement naturel de sédiment qui survient lors d’une inondation.

6) Garde-rivière des Outaouais ne contrôle ni ne surveille les niveaux d’eau de la rivière

Au cours des inondations de cette année, nous avons vécu beaucoup de confusion sur les mesures à prendre! Nous sommes un organisme à but non lucratif qui protège l’écologie de la rivière des Outaouais. Nous travaillons à sensibiliser les gens sur les enjeux touchant notre rivière, et nous mettons sur pied des initiatives pour les traiter. Au cours des inondations, nous avons fourni des ressources et partagé les renseignements de plusieurs sources. Nous n’avons aucun contrôle sur les niveaux d’eau de la rivière des Outaouais ou sur ses affluents.

Voici nos programmes et initiatives :

  • Recruter des citoyens scientifiques pour surveiller la qualité de l’eau et d’autres indicateurs de la santé du bassin versant par l’intermédiaire de notre programme de surveillance
  • Faire la promotion de la protection des espèces menacées, comme l’anguille d’Amérique
  • Faire la gestion de la ligne antipollution, où les citoyens peuvent appeler pour signaler de la pollution ou des activités suspectes sur la rivière ou le long de ses berges
  • Organiser des corvées de nettoyage des berges avec des bénévoles de la communauté
  • Mobiliser la jeunesse aux enjeux de protection et de promotion du bassin versant par l’entremise de notre programme des jeunes leaders de l’eau
  • Prêter du matériel pour des activités éducatives aux individus et organisations grâce à notre bibliothèque d’apprentissage

Nous avons récemment reçu 275 000 $ en financement de la part d’Environnement et Changement climatique Canada afin d’étendre nos initiatives de science citoyenne, de nous aider à évaluer de nouveaux indicateurs et de mieux comprendre la santé écologique du bassin versant de la rivière des Outaouais. Ce financement soutient le travail amorcé l’an dernier sur les indicateurs de santé du bassin versant. Ce financement n’est donc pas lié aux inondations de cette année et n’est pas dédié à la prévention de futures inondations. Les données collectées dans le cadre de ce programme seront rendues publiques et nous aideront à combler les lacunes dans notre connaissance de l’état de notre bassin versant.

Alors qui travaille avec les niveaux d’eau? Le Comité de régularisation de la rivière des Outaouais fait la coordination des digues et réservoirs du bassin versant pendant le printemps pour prévenir et atténuer les inondations. Ce comité relève de la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais. Si vous désirez obtenir plus de renseignements au sujet des inondations et des niveaux d’eau du bassin versant, ils ont d’excellentes ressources sur leur site Web et un onglet « Nous joindre » si vous avez d’autres questions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. * Champs obligatoires